FSC

L’exploitation forestière inconsidérée menace les forêts tropicales qui constituent un des biotopes les plus riches en espèces de la planète. La biodiversité des forêts tempérées et boréales de l’hémisphère Nord est également en péril. Afin de réagir à cette dégradation et cet appauvrissement des ressources naturelles, différentes ONG (les Amis de la Terre, Greenpeace, le WWF,…), certains professionnels de la filière bois et des organisations de défense des populations indigènes ont créé en 1993 le label FSC, Forest Stewardship Council (FSC) ou conseil de bonne gestion forestière.

Le label FSC est une organisation mondiale non gouvernementale indépendante, sans but lucratif, qui a élaboré un cahier des charges de gestion forestière. Le respect de ce cahier des charges par les professionnels de la filière bois garantit, entre autres, la diversité biologique, la sauvegarde des espèces rares, le respect des populations locales, la productivité et la capacité de régénération des forêts. Un organisme extérieur indépendant contrôle l’application du cahier des charges sur le terrain et délivre ensuite le label FSC. Aujourd’hui, dans le monde, environ 57 millions d’hectares sont certifiés par le label FSC, soit une surface équivalente à la superficie de la France.

Il existe trois types de label FSC :

- Label FSC 100% : signifie que la totalité du produit (chaque fibre et chaque partie) provient de forêts certifiées FSC.

- Label FSC Mixte : indique que le produit est fabriqué à partir de fibres de bois issues de forêts certifiées FSC, de matières recyclées et/ou de Bois Contrôlés FSC.

- Label FSC Recyclé: signifie que 100% du produit (chaque fibre et chaque partie) est fabriqué à partir de matières recyclées (dont un minimum de 85% est issu de la post-consommation). Ce label est utilisé principalement pour des produits en papier mais peut également se retrouver sur certains produits en bois.

les 3 type de produits labelisés FSC

Le cahier des charges reprend 10 principes:

    - Respect des lois et des principes du FSC. La gestion forestière doit se conformer à toutes les lois en vigueur dans le pays où elle a lieu ainsi qu’à tous les traités internationaux dont ce pays est signataire. Elle sera de même conforme aux « Principes et Critères » du FSC.

    - La propriété foncière et les droits d’usage à long terme des ressources du terrain et de la forêt doivent être clairement définis, documentés et légalement établis.

    - Droit des peuples autochtones. Les droits légaux et coutumiers des peuples autochtones à la propriété, à l’usage et à la gestion de leurs terrains, territoires et ressources doivent être reconnus et respectés.

    - Relations communautaires et droits des travailleurs. Les opérations de gestion forestière doivent maintenir ou améliorer le bien-être social et économique, à long terme,des travailleurs forestiers et des communautés locales.

    - Les opérations de gestion forestière doivent encourager l’utilisation efficace des multiples produits et services de la forêt pour en garantir la viabilité économique ainsi qu’une large variété de prestations environnementales et sociales.

    - La gestion forestière doit maintenir la diversité biologique et les valeurs qui y sont associées, les ressources hydriques, les sols, ainsi que les paysages et les écosystèmes fragiles et uniques, de manière à assurer la conservation des fonctions écologiques et l’intégrité de la forêt.

    - Un plan de gestion, en relation avec l’échelle et l’intensité de l’exploitation, doit être écrit, appliqué et mis à jour. Les objectifs à long terme de la gestion et les moyens d’y parvenir doivent être clairement indiqués.

    - Un suivi, en relation avec l’échelle et l’intensité de l’exploitation forestière, doit être conduit pour évaluer la condition de la forêt, les rendements des produits forestiers, la filière du bois, les opérations de gestion et leurs impacts sociaux et environnementaux.

    - Les activités de gestion des forêts avec une haute valeur de conservation devront conserver ou augmenter les attributs qui les caractérisent. Les décisions sur les forêts avec une haute valeur de conservation seront toujours considérées suivant le principe de précaution.

    - Les plantations doivent être planifiées et aménagées en conformité avec les Principes 1 à 10. Même si les plantations sont capables d’offrir une variété de prestations sociales et économiques et contribuent à satisfaire les besoins mondiaux de produits forestiers, elles doivent être un complément de la gestion des forêts naturelles. Elles doivent contribuer à réduire les pressions sur celles-ci et à promouvoir leur restauration et conservation.

Précautions : Si la certification des produits FSC est gage de qualité et de protection de l’environnement, à l’échelle mondiale, il faut savoir prendre un peu de recul sur ce label. En effet, il est important de comprendre que, par exemple, la plupart des produits vendus en France, sont issus de bois provenant de toute la planète et en particulier de Chine, d’Amazonie, et d’Inde … Le label FSC n’intègre pas à priori, la notion d’énergie grise délivrée dans le transport des matières, et encore moins dans les produits finis. Reste qu’il permet une certaine rentabilité économique dans le cadre d’un développement raisonnée des ressources forestières mondiales.

Le site web officiel du FSC : https://fr.fsc.org/fr-fr